Mahmoud Darwich, grand poète palestinien de la Palestine moderne (13 mars 1941-9 août 2008) et voix importante de la littérature arabe, incarne dans ses écrits poétiques les souffrances de son peuple qui se confondent avec sa vie.

J’ai la nostalgie du pain de ma mère,

Du café de ma mère,

Des caresses de ma mère…

Et l’enfance grandit en moi,

Jour après jour,

Et je chéris ma vie, car

Si je mourais,

J’aurais honte des larmes de ma mère !

Fais de moi, si je rentre un jour,

Une ombrelle pour tes paupières.

Recouvre mes os de cette herbe

Baptisée sous tes talons innocents.

Attache-moi

Avec une mèche de tes cheveux,

Un fil qui pend à l’ourlet de ta robe…

Et je serai, peut-être, un dieu,

Peut-être un dieu,

Si j’effleurais ton cœur !

 

Si je rentre, enfouis-moi,

Bûche, dans ton âtre.

Et suspends-moi,

Corde à linge, sur le toit de ta maison.

Je ne tiens pas debout

Sans ta prière du jour.

J’ai vieilli. Ramène les étoiles de l’enfance

Et je partagerai avec les petits des oiseaux,

Le chemin du retour…

Au nid de ton attente !

1966 – Mahoud Darwich

 

L’œuvre de Mahoud Darwichest multiple, complexe et très élaborée. Nous vous invitons à la lire.

PG

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter