L’adjectif relatif à laïcité a deux orthographes. Celles-ci se réfèrent à deux histoires différentes et renvoient à des sens opposés. C’est là toute l’ambiguïté du terme français de laïcité !

« Laïc », du latin laïcus, renvoie à une histoire biblico-catholique. Il y a les « laïcs » et il y a les « prêtres ». Il y a le profane et il y a le religieux. Le trône et le l’autel. Le sabre et le goupillon.

Cette laïcité de séparation a une préhistoire biblique : le Créateur n’est pas sa Création. Moïse a un rôle prophétique alors que Aaron a un rôle politique et guerrier. Jésus demande de « rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». Il ajoute même : « ma Royauté n’est pas de ce monde ». Il y a la Cité de Dieu et il y a la cité des hommes, le pouvoir de l’Evêque et le pouvoir du Prince, celui du Pape et celui de l’Empereur, etc. Dualité inégalitaire en régime de christianité où l’Eglise entend détenir la Vérité du Salut des hommes.

« Laïque », du grec laos, renvoie à une histoire grecque et républicaine. C’est la notion de peuple tout entier, sans distinction ni détermination, sans tenir compte d’aucun particularisme religieux, ethnique ou social. Les anciens grecs utilisaient ce terme pour parler des hommes en tant qu’hommes, et non en tant que citoyens pouvant voter ou de telle ou telle origine. La Troisième République a repris le mot pour dire l’idéal d’une société inclusive, faite pour tous et avec tous.

Ce double héritage crée une ambiguïté fondamentale, car les deux acceptions du terme disent exactement le contraire.

Laïcité de séparation ou laïcité d’intégration ? Avec des conséquences pratiques : Laïcité d’abstention ou laïcité de libre expression ?

A la longue on a réservé le premier sens pour l’Etat, la République et ce qui relève de son ordre. Le second sens s’applique à la vie sociale.

« Ne confondons pas la cadre et le tableau », écrit Régis Debray.

Appliquer le premier sens à la vie sociale ferait de la laïcité une entreprise répressive insupportable. Ainsi des interdictions de signes religieux culturels (statues, crèches de Noël) dans l’espace public.

Appliquer le second sens aux institutions républicaines ferait de la laïcité une idéologie partisane et démagogique. Ainsi des autorités de l’Etat qui afficheraient ostensiblement leur préférence religieuse.

RN

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter