L’origine du terme français « religion », qui vient du latin religio, peut sans doutenous aider à comprendre le sens actuel de ce mot. Chez les Romains, qu’est-ce que la « religio » ?

Dans l’Antiquité, ce terme caractérisait le rituel qui assure le rassemblement. Il exprimait le comportement civique qui consiste à respecter ce qui est sacré. Il relevait du vocabulaire de la citoyenneté, avant qu’il ne soit investi par une autre conception, venue d’une nouvelle institution à la fois théologique et politique : le christianisme d’Empire.

La double étymologie de religioporte cette ambigüité et ce glissement de sens. Religereest un verbe qui désigne une pratique, l’accomplissement scrupuleux des observances rituelles, ce qui est de l’ordre de la piété et du respect. Les premiers chrétiens du monde latin ne se retrouvaient pas dans cette définition d’une religion finalement sans croyance. L a religion romaine était celle de la cité romaine, civitas Romana, c’était une affaire civique, un peu comme les célébrations républicaines d’aujourd’hui qui mettent en avant les valeurs de mémoire et de respect indépendamment des convictions et des engagements personnels.

Plus tard les disciples du Christ ont repris le terme de religio, mais en le faisant dériver d’un autre verbe latin, religare, qui signifie relier. Relier l’homme au divin : cette verticalité fonde le rassemblement horizontal, la communion humaine, l’Eglise. Et en régime d’Empire et de religion d’Etat, religareet religerevont fusionner. Au contrôle des pratiques rituelles (liturgiques et sacramentelles) s’ajoute celui des consciences (les croyances et la façon de bien les formuler et de se comporter conformément à celles-ci). Le christianisme devient alors « vera religio », la seule « vraie religion du vrai Dieu » selon l’expression de Tertullien dans son Apologétiqueen 197. La religion institutionnalisée en religion d’Etat va structurer le régime de chrétienté.

 

RN

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter