La deuxième partie du Moyen Age (à partir du XIIIème siècle) a été marquée par la construction de grandes cathédrales. Lieux de prière communautaire érigés à une époque où les progrès techniques de l’architecture permettaient d’obtenir une élévation toujours plus grande, les cathédrales sont les monuments par excellence des villes naissantes ou grandissantes.

Eglise de l’évêque, la cathédrale constitue l’assise du pouvoir de l’Eglise. Les évêques souhaitent que l’emprise chrétienne « marque l’espace » : il importe que chaque cathédrale soit imposante par sa taille et visible de loin par sa hauteur. Elle apparaît à tous comme la source du pouvoir capable de sanctionner les chrétiens quand ils manquent à leurs devoirs, et disposant du pouvoir religieux si important et mystérieux : celui des sacrements.

 Par ailleurs, la rivalité entre les cités se traduit pour tous, population et autorités, par le désir de posséder une cathédrale plus haute que celle de la ville voisine. Sa construction durait généralement le temps de plusieurs générations. Les bâtisseurs de cathédrales étaient organisés en véritables confréries, vivant pauvrement, donnant tout leur temps pour l’amour du Seigneur. Peu d’entre eux purent voir achevé le travail de leur vie. Œuvres collectives de communautés de chrétiens, les cathédrales restent le témoignage de la visibilité chrétienne dans la société du XIIIème au XVème siècle.

FL

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter