On dit parfois qu’il n’y a de clergé ni dans le protestantisme, ni dans le judaïsme, ni dans l’islam. Cependant, la question de « spécialistes » religieux se pose dans la plupart des religions. Quand peut-on alors parler de clergé ?

Le terme de clergé est né en milieu chrétien. Il vient du mot clerus, un néologisme latin employé par Tertullien (fin 2ème-3èmesiècle) pour désigner un ensemble de ministres ayant un statut commun. Ensuite le mot Klèrikoi désigne les ministres (à l’origine serviteurs) religieux pour les différencier des laïcs. Cette distinction n’existait pas au début du christianisme. Elle s’est néanmoins progressivement imposée.

Puisque les mots clercs et clergé font partie du vocabulaire chrétien, est-il légitime de les employer pour les autres religions ? On peut le faire, à condition de bien respecter les logiques propres à chacune, en s’appuyant sur le fait que dans les trois monothéismes et dans beaucoup d’autres groupes religieux on trouve un corps de spécialistes professionnels, ayant un statut propre. Ils sont en charge du savoir religieux et de la gestion du culte. Ceci dit, le rapport entre clercs et laïcs varie selon les traditions religieuses. En Islam, la distinction entre ces mots est floue ; preuve en sont les expressions « desservant musulman » ou « cadres religieux musulmans » pour parler des responsables religieux dans l’Islam de la France contemporaine. La position de l’imam est plus proche, semble-t-il, de celle du pasteur protestant que du prêtre catholique, car elle correspond à une fonction plus qu’à une position souvent vécue comme sacrale. Il en est de même pour le rabbin dans le judaïsme.

L’autorité religieuse des clercs leur est parfois conférée par une institution (c’est le cas chez les catholiques) mais souvent par leur formation intellectuelle. Parfois leur rôle liturgique est premier, parfois d’autres fonctions sont privilégiées, par exemple le rabbin est avant tout un spécialiste du droit religieux, comme l’ulema en islam.

Au total, le statut et les fonctions principales des professionnels du religieux varient selon les religions. On peut cependant parler de clergés en ne limitant surtout pas les clercs aux prêtres, qui ne constituent qu’une catégorie particulière, mais en les situant à leur place dans les religions auxquelles ils appartiennent.

FL

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter